L'ėco-S, tout un monde dans sa main . Laboratoire Hermestique. ARWA Ofwood


Quelques sont les différence entre un bonsaï
et nos L'ėco-S ?


OBSERVES ! EXPÉRIMENTES ! APPRENDS ! À L'INFINI !


Je fais des écosystèmes sur pierres, la différence entre le monde dit du ''bonsaï'' et L'ėco-S est sur harmonie des espèces (faunes et flore) et le travail sur la terre, le respect des principes naturelle de la biologie. Mise en pratique des méthodes pèrennent d'agriculture dite ''alternative ''. Enfaite c'est ça, l'art du bonsaï avant d'être esthétique (coupe de branches et de racine). Historiquement, l'art dit du bonsaï n'est pas née en Chine et encore moins du Japon, mais bien d'Égypte il y a plusieurs milliers d'années, dans un but plus terre à terre, la sur-vie. Donc la compréhension des principes biologique d'un éco-système donné. Aujourd'hui, il me paraît évident que opposition L'ėco-S/bonsaï pourrais se résumer par la forme glyptique ying et yang . Enfin un de nos L'ėco-S est plus simple à entretenir qu'un des plus beau et des plus ancien bonsaï, puisque tous le système d'un L'ėco-S est tourné vers la profusion de vie (biostasie) la micro-faune est votre auxiliaire de jardinage la microbiologie se charge de l'engraissage, favorise la coopération et l'équilibre de l'écosystème. Il ne vous reste plus qu'à arroser. Un des nombreux points forts de L'ėco-S est son côté pédagogique mise en valeur dans le livret muet de L'ėco-S, offert avec. C'est dans ce livret où vous pourrez, littéralement, ''passé derrière le miroir'' en découvrant le rôle de chaques acteurs de l'éco-système.

lundi 22 août 2016

Mer d'Aral : une renaissance aussi belle que spectaculaire et inattendue !


Mer d'Aral : une renaissance aussi belle que spectaculaire et inattendue !


Presque sèche et quasiment sans vie, la mer d'Aral ressuscite enfin ! Gros plan sur une nouvelle inespérée qui redonne espoir en l'avenir.

En matière d’écologie, l’homme est capable du pire… mais aussi du meilleur ! Un drôle de paradoxe illustré à merveille par la mer d’Aral : alors qu’on pensait ce joyau perdu à tout jamais, le voici qui refait enfin surface ! Une véritable résurrection qui a tout du petit miracle. Explications.
La mer d’Aral a souvent fait la une des mauvaises nouvelles. Dans les années 1960, pour intensifier la culture du coton, les Soviétiques avaient privé cette mer des deux rivières qui l’alimentaient. Résultat : l’eau s’y est fait rare et la vie… quasiment inexistante !

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

On a tous en tête ces images de bateaux échoués au milieu de nulle part mais, heureusement, elles pourraient rapidement être reléguées au rayon des mauvais souvenirs…

http://www.shutterstock.com/pic-171114569/stock-photo-boats-in-desert-around-moynaq-muynak-or-moynoq-aral-sea-or-aral-lake-uzbekistan-asia.html? data-cke-saved-src=Dljf1k5jUEm3IDaSszpwwQ-1-26 src=Dljf1k5jUEm3IDaSszpwwQ-1-26
Source : Shutterstock

Grâce à la construction d’un barrage, la mer d’Aral est en effet en train de connaître un spectaculaire retour à la vie : l’eau y est de plus en plus abondante, et la faune, comme la flore, y coulent à nouveau des jours heureux !
L’émission Thalassa, qui suit l’évolution de la mer d’Aral depuis 25 ans, a récemment consacré une vidéo à cette grande nouvelle. Résultat, des images magnifiques qui redonnent espoir : non, tout n’est pas perdu ! Regardez :

Thalassa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire