Pour nourrir toute leur population, les Aztèques ont construit des chinampas, des jardins flottants ingénieux, pour transformer les zones humides marécageuses du lac Texcoco en terres arables.

Ces jardins étaient un chef-d'oeuvre de l'ingénierie 

Chaque jardin mesurait 90 mètres de long et 9 mètres de large. Pour faire un jardin, les travailleurs ont tissé des bâtons ensemble pour former un radeau géant, et ont ensuite entassé de la boue du fond du lac au-dessus du radeau pour créer une couche de terre de 90cm d'épaisseur.

Les jardins rectangulaires étaient ancrés au lac grâce aux saules plantés dans les coins. Chaque jardin est entouré de canaux pour permettre aux canots de passer avec les travailleurs et les matériaux. Ce réseau de jardins s'étendait sur 22 000 acres à la surface du lac.

On y plantait du maïs, des haricots, des courges, des tomates, des poivrons et des fleurs, et ces jardins incroyables donnaient sept récoltes par an.

© anthropogen.com
La religion aztèque était un culte de sacrifice, et les dieux étaient redoutables. Les victimes de sacrifice, debout au-dessus de la grande pyramide, pouvaient voir les jardins verts flottants au loin, avec le soleil étincelant sur le lac, puis leur cœur était coupé et brûlé dans un incendie.

Des dizaines de milliers de têtes roulèrent sur les marches en pierre de ces pyramides, et les rivières qui transformaient les temples rouges dans le soleil du midi étaient un plaidoyer pour les dieux afin que les jardins continuent à pousser. Mais à la fin, quand le ciel est devenu noir sur Tenochtitlan, et que la terre a tremblé sous les pieds de Montezuma, ce n'est pas le dieu du soleil qui a apporté le jugement; ce sont les Conquistadors.

Les avantages militaires des Espagnols sur les Aztèques : épées, fusils, et chevaux ont été supprimés dans le sanctuaire des jardins flottants, et Cortez était avide d'or, pas de maïs, donc il a ordonné la destruction des chinampas.

Les jardins des Aztèques, l'élément capital de leur grande civilisation, furent mis en pièces par les mains qui les construisirent, et les jetèrent au fond du lac, sans jamais revoir le jour.