L'ėco-S, tout un monde dans sa main . Laboratoire Hermestique. ARWA Ofwood


Quelques sont les différence entre un bonsaï
et nos L'ėco-S ?


OBSERVES ! EXPÉRIMENTES ! APPRENDS ! À L'INFINI !


Je fais des écosystèmes sur pierres, la différence entre le monde dit du ''bonsaï'' et L'ėco-S est sur harmonie des espèces (faunes et flore) et le travail sur la terre, le respect des principes naturelle de la biologie. Mise en pratique des méthodes pèrennent d'agriculture dite ''alternative ''. Enfaite c'est ça, l'art du bonsaï avant d'être esthétique (coupe de branches et de racine). Historiquement, l'art dit du bonsaï n'est pas née en Chine et encore moins du Japon, mais bien d'Égypte il y a plusieurs milliers d'années, dans un but plus terre à terre, la sur-vie. Donc la compréhension des principes biologique d'un éco-système donné. Aujourd'hui, il me paraît évident que opposition L'ėco-S/bonsaï pourrais se résumer par la forme glyptique ying et yang . Enfin un de nos L'ėco-S est plus simple à entretenir qu'un des plus beau et des plus ancien bonsaï, puisque tous le système d'un L'ėco-S est tourné vers la profusion de vie (biostasie) la micro-faune est votre auxiliaire de jardinage la microbiologie se charge de l'engraissage, favorise la coopération et l'équilibre de l'écosystème. Il ne vous reste plus qu'à arroser. Un des nombreux points forts de L'ėco-S est son côté pédagogique mise en valeur dans le livret muet de L'ėco-S, offert avec. C'est dans ce livret où vous pourrez, littéralement, ''passé derrière le miroir'' en découvrant le rôle de chaques acteurs de l'éco-système.

dimanche 21 août 2016

De la cellophane en cellulose de bois 100% biodégradable et c’est en France


De la cellophane en cellulose de bois 100% biodégradable


Une société du nord de la France a élaboré un film « plastique » transparent à partir de… bois ! Biodégradable, compostable, cette feuille pourrait constituer une alternative à l’habituel cellophane posé sur les barquettes alimentaires micro-ondables, entre autres usages possibles.
Créée par Innovia et distribué par FDR Emballages, située à Comines (Nord), une société spécialisée dans les emballages en carton pour l’industrie, la feuille ETP ressemble à s’y méprendre à l’habituel film plastique qui recouvre les barquettes. Et pourtant, elle n’en a que l’apparence car, contrairement au cellophane, celle-ci est entièrement écologique. Ce cellophane conventionnel, plastique déviré de pétrole, termine souvent sa route dans une décharge si pas dans l’océan ou le gosier d’une tortue de mer…
ETPB
Comme l’indique son nom, l’Ecological Transparent Paper, soit le papier transparent écologique, est une invention à fort potentiel environnement. Ce « papier » est réalisé entièrement encellulose 100% naturelle, entièrement biodégradable car fabriquée à partir de simple bois. L’ETP est d’usages multiples, sous forme de rouleau domestique, il constitue une alternative au cellophane que nous avons tous dans notre cuisine. L’ETP, en dehors de sa constitution naturelle, est utilisable au four comme au micro-ondes, au frigo comme on congélateur… et peut être composté dans le jardin après utilisation.
Le refus du pétro-chimique
Directeur de FDR Emballages, Thierry Franssen explique à laVoix du Nord : « On ne voulait pas de produit pétrochimique ». Cette innovation éco-compatible pourrait constituer une remarquable alternative au plastique : selon T. Franssen, « 15 à 20 % des produits réalisés avec du plastique qui pourraient être remplacés ». Même si les premiers clients ont déjà commencé à utiliser l’ETP pour leurs emballages, il reste à convaincre l’industrie agro-alimentaire. Pas une mince affaire d’autant que son coût paraît moins avantageux que le plastique, bien que la différence soit minime. Cependant, explique encore le directeur de l’entreprise, « Les entreprises doivent comprendre que grâce à ça, toute leur barquette est recyclable, il y a moins de déchets et donc, des taxes écoemballages qui baissent. Ils sont gagnants. »
ETP_exemples
Le marché est conséquent, en particulier celui des barquettes alimentaires : compagnies maritimes, hôpitaux, sandwicheries, etc., ce sont des dizaines de millions de boîtes et emballages qui pourraient passer d’un matériau polluant et destructeur (le plastique) à un matériau biodégradable en faisant le choix d’un emballage éco-compatible. L’entreprise a même déjà conçu son propre doggy bag. Il est donc immédiatement possible de se débarrasser d’une grande partie des plastiques polluants liés aux emballages, et ce de manière locale, sans utiliser une ressource non-renouvelable comme le pétrole.
SUITE DES EXPLICATIONS ICI :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire